LA PLUS ETRANGE CREATURE - NAZIM HIKMET

Publié le 8 Décembre 2013

Smaïl HADJ-ALI nous rappelle malicieusement, et fort à propos, ce merveilleux poème  de 1947 :

 

Nazim Hikmet – La plus étrange des créatures

Comme le scorpion, mon frère,

Tu es comme le scorpion
Dans une nuit d’épouvante.
Comme le moineau, mon frère,
Tu es comme le moineau,
Dans ses menues inquiétudes.
Comme la moule, mon frère,
Tu es comme la moule
Enfermée et tranquille.
Tu es terrifiant, mon frère,
Comme la bouche d’un volcan éteint.
Et tu n’es pas, hélas,
Tu n’es pas cinq,
Tu es des millions.
Tu es comme le mouton, mon frère,
Quand le bourreau habillé de ta peau
Quand l’équarisseur lève son bâton
Tu te hâtes de rentrer dans le troupeau
Et tu vas à l’abattoir en courant, presque fier.
Tu es la plus étrange des créatures, en somme,
Plus drôle que le poisson
Qui vit dans la mer sans savoir la mer.
Et s’il y a tant de misère sur terre
C’est grâce à toi, mon frère,
Si nous sommes affamés, épuisés,
Si nous sommes écorchés jusqu’au sang,
Pressés comme la grappe pour donner notre vin,
Irai-je jusqu’à dire que c’est de ta faute, non,
Mais tu y es pour beaucoup, mon frère.

***

Nazim Hikmet (1901-1963)


* Relire C'est un dur métier que l'exil, de Nazim Hikmet,  poète" heureux à toutes brides"..

* Yves MONTAND a mis en musique et magistralement interpreté ce poème (Youtube

http://youtu.be/s0JtuxiuOL0=)

Rédigé par Boussad OUADI

Publié dans #EDITER EN ALGERIE

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lys 27/07/2017 12:27

et par Bernard Lavilliers

https://youtu.be/fhNzCzCyW3c